Apprends-moi-le-paysage
http://www.apprends-moi-le-paysage.fr/article76.html
Espace construit - espace pensé
vendredi, 26 janvier 2007
/ Sophie de Champsavin / Administratrice du site

Paysage

DONNÉES GÉNÉRALES SUR LA PERSPECTIVE

Technique qui permet de représenter un espace tridimensionnel sur un espace plan. Théorie qui admet que des droites parallèles se rencontrent à l’infini et qui fut mise au point au Quattrocento, à Florence.

Ce sont des artistes qui concrétisent l’essai d’explication de la notion d’espace représenté. La recherche de l’illusion spatiale existe depuis le Moyen Âge occidental et même chez les Byzantins. Les motifs de pavement et de plafonds engendrent une géométrisation empirique de l’espace, offrant au regard une surface organisée, une série de lignes convergentes. Cependant, elles ne se regroupent pas sur un point de fuite unique, mais sur un axe vertical par une série de points échelonnés. Les parallèles restent parallèles. Ils travaillent aussi par mélanges, rabattements, superpositions, changement d’échelle des personnages ; autant d’éléments pour produire l’illusion sans reproduire la réalité : telle est la l’approche du Moyen Âge.

Le Moyen Âge, par ses artistes et ses hommes de science, devait préparer le terrain pour l’élaboration de la future théorie. Très importante pour la théologie, l’optique est un domaine très étudié ; la connaissance de la lumière, de la symbolique des rayons lumineux, des lignes, surfaces, volumes, est censée aider à la compréhension religieuse du monde. La lumière est considérée d’essence divine, et cette identification restera très présente chez les artistes de la Renaissance. On peut d’ailleurs toujours constater, hormis les règles géométriques primordiales pour la perspective, l’importance de la lumière et de l’atmosphère pour le rendu de la profondeur. Cependant, au Moyen Âge, l’illusion de la profondeur est absente de la représentation de l’espace, dénommé espace agrégat par Erwin Panofsky. Les objets, éléments d’architecture et personnages, sont juxtaposés, ou empilés. La grandeur et les rapports dimensionnels sont la plupart du temps fort éloignés de la réalité : personnes plus grandes que les maisons, château lointain de même taille que les habitations proches... La taille des personnages n’est pas déterminée en fonction de leur position spatiale mais plutôt de leur importance sociale. Ceci peut-être également constaté dans les arts orientaux où la taille des personnages est en relation avec leur importance sociale ou religieuse.

Avec le Quattrocento apparaît l’application de quelques règles de la perspective linéaire. Ex : Masaccio dans la Trinité, à Florence, introduit le point de fuite.

Ainsi l’idée chemine sur la nécessité d’une théorie : la notion de point central est abordée, l’idée de parallèles se rencontrant à l’infini ne va pas encore de soi. Sans les applications concrètes, dans le domaine artistique, la science n’aurait pas su conceptualiser le phénomène. La rationalisation de l’organisation spatiale est liée aux progrès de l’agriculture et de l’horticulture qui modifient le paysage en le géométrisant. De même que les pavements rendent plus évident le phénomène de perspective, les rangées, les sillons, les alignements d’arbres renforcent cette application. Enfin, la perspective a pu être expliquée et découverte grâce à la conjonction de divers domaines qui participèrent à l’essor extraordinaire de cette époque : la nécessité de recourir à des systèmes de mesures précis, rendus indispensables par les hommes d’affaires, les marchands, l’armée, le développement de la cartographie, les grandes navigations maritimes...

"C’est donc fini de la perspective montante, non sans hésitations et retours. La vision en profondeur, avec une ligne d’horizon fuite des lignes, point de convergence, jalonnement de la distance, se substitue à la vision cartographique. Tous seront peintres géomètres, sachant les lois de la diminution des volumes selon l’éloignement, tous plus ou moins architectes ou constructeurs. La perspective, à Florence n’est pas une science spéciale, mais la forme même de la pensée quand elle s’applique aux apparences... ...Cependant, on ne peut s’empêcher de penser à la vieille idée qui a traversé le siècle, y compris le Moyen Âge, que la géométrie est un aspect du monde ; l’artiste n’a fait que la dégager" René Schneider extrait de “Le dessin facile” Marie Cécile APTEL Éd. De Vecchii - 1989

Bibliographie :
- La perspective en jeu Ph. Comar - (Les dessous de l’image) Éd. Découvertes Gallimard

MISE EN ÉVIDENCE DU SYSTÈME PERSPECTIF DANS L’ESPACE PICTURAL ET CONSTRUIT.

La perspective linéaire qui admet que les droites parallèles se rencontrent à l’infini, est un système de représentation utilisé en dessin et en peinture qui permet de représenter les objets et de restituer l’impression de profondeur et d’épaisseur. Ce système a des lois de construction ; il est conçu à partir de :
.la place fixe d’un observateur
.la position dans le cadre de la ligne d’horizon qui varie avec la hauteur du regard de l’observateur. La place de la ligne d’horizon donne l’impression générale : “le point de vue” (plongée,contre-plongée...).
.du point de fuite (point de convergence des lignes de fuite sur la ligne d’horizon), sa position indique celle de l’observateur.
Il existe différentes sortes de perspectives linéaires :

. parallèle avec un point de fuite

JPG - 28.1 ko

. oblique avec deux points de fuite

JPG - 20.4 ko

Mais aussi, La perspective visuelle, atmosphérique ou aérienne qui donne l’illusion de la distance, de la profondeur sans le recours aux règles géométriques :
.premiers plans plus précis, contours plus nets,
.éclaircissement progressif des plans avec l’augmentation de la distance,
.taille décroissante des objets proportionnelle à la distance croissante.

JPG - 35.5 ko

La perspective étagée : principe de verticalité, les plans successifs horizontaux dans la réalité sont rabattus les uns au dessus des autres, verticalement sur le plan du tableau.

Pédagogie

Objectifs pédagogiques

Comprendre que l’espace construit est pensé, puis représenté suivant des systèmes. Découvrir et comprendre ces systèmes permettant d’appréhender l’espace qui nous entoure. Apprendre à lire l’espace proposé et y trouver les renseignements d’ordres sociaux, historiques, etc...

Prolongements possibles

Visite au musée des Beaux-Arts de Rouen : observer à travers les différents courants de peintures l’évolution de la représentation de l’espace. Dans la ville, choisir un bâtiment, un cadrage et, à l’aide d’un appareil photographique, déplacer le cadrage. Montrer que le cadre, la position de l’observateur, l’angle de prise de vue, les éléments qui peuvent masquer le bâtiment, sont autant de paramètres qui font qu’un même sujet peut montrer et raconter des choses différentes. Analyse géométrale et géométrique d’un espace (professeur de mathématiques). Histoire d’une nouvelle vision du monde (professeur d’histoire).

Matériel nécessaire

Carnets, crayons...

Déroulement de l’action

Sur la base des exercices proposés, observation, recherche et transcription du système de représentation perspectif (mise en évidence des lois des systèmes perspectifs).

Propositions d’actions

Étude de constructions perspectives

Travail appliqué sur les trois constructions perspectives - illustrations 1, 2 et 3 - qui pourront être reproduites sur papier afin de permettre un travail individuel de l’élève ou bien encore sous forme de transparent projeté pour réaliser un travail collectif.

JPG - 19.5 ko

JPG - 24.8 ko

JPG - 23.1 ko

illustration 1illustration2illustration3

Pour chacune de ces représentations, retrouver la ligne d’horizon, le point de fuite ; tracer les lignes de fuite convergentes. Remarquer que la place de l’observateur est importante. Retrouver pour chaque dessin le système perspectif utilisé.

Étude de constructions perspectives…

Reprendre la même démarche pour les trois dessins - illustrations 4, 5 et 6 -.

JPG - 43.3 ko

JPG - 38.3 ko

JPG - 36.6 ko

illustration 4illustration 5illustration6

Représenter sur chaque dessin, ligne d’horizon, lignes de fuite convergentes, point de fuite. Situer l’œil de l’observateur par rapport à la ligne d’horizon et retrouver avec quel autre point il se confond. Au final retrouver le système de construction utilisé.

Jeu de la perspective

Étudier l’image proposée - illustration 7 - et déterminer lequel des personnages est le plus grand.

JPG - 25.7 ko

illustration 7

Une des règles de la perspective veut que les tailles des personnes décroissent conformément aux lignes de fuite. Ici , le contraste les fait apparaître de plus en plus grands.