Apprends-moi-le-paysage
http://www.apprends-moi-le-paysage.fr/article43.html
La ferme brayonne - dispersion et organisation spatiale
mercredi, 21 mars 2007
/ Sophie de Champsavin / Administratrice du site

Paysage

Le Pays de Bray, au travers de ses multiples paysages, est avant tout caractérisé par une occupation des sols à dominances agricole.

Cette activité a été marquée au fil de l’histoire par la conjugaison de deux types d’activités : culture et élevage.

Les paysans se sont d’abords installés sur les coteaux calcaires, en pentes douces, au lieu d’émergence des sources : la mise en culture des terres était favorable, car les sols étaient non hydromorphes et l’eau facilement accessible. Une fois l’occupation de ces sols utilisée, ils sont remontés sur les plateaux, le long des axes de communication (villages rues appelés « boëls »), en défrichant progressivement les massifs boisés pour acquérir de nouvelles terres. Le bois leur servait de matériau de construction (colombage, charpente) ou pour alimenter l’industrie naissante : fabrication du fer, du verre, de la brique. Le fond de la dépression, trop humide, était maintenu en friches ou « communaux », sur lesquels s’exerçait le droit de vaine pâture.

Les caractéristiques des sols brayons, hydromorphes ou non, ont influencé l’utilisation de l’espace et notamment sa mise en valeur par l’homme. Défavorables à la culture, les sols humides sont exploités en prairies, les parcelles sont de taille réduite ou moyenne, bordée par des haies vives plantées. Les troupeaux sont « parqués », donc facilement surveillés. L’eau est omniprésente et permet aux troupeaux de se désaltérer.

Cette cohabitation de zones herbagères et de culture s’est traduite par la construction d’exploitations agricoles à double vocation. C’est au XIXè siècle que la vocation laitière s’est fortement développée avec le commerce des produits laitiers sur Paris, les blés brayons étant de rendement moyen et fortement concurrencés.

Pédagogie

Objectifs pédagogiques

Découvrir le patrimoine architectural
Identifier l’architecture rurale traditionnelle brayonne et en comprendre ses origines

Prolongements possibles

Visite d’un corps de ferme avec démonstration de la fabrication du Neufchâtel

Matériel nécessaire

Extrait de carte IGN

Déroulement de l’action

Relevés d’une secteur géographique d’après un extrait de carte IGN, lecture de la carte et exploitation des données.

Propositions d’actions

Lecture de carte

Sur la carte IGN « série bleue » 2110 ouest - localiser les fermes par exemple sur la commune du Thil-riberpré et observer leur répartition (l’élève devra remarquer que celles-ci sont dispersées).

Rechercher les causes naturelles qui peuvent être à l’origine de cette dispersion ; pour cela lire les informations délivrées par la carte (légendes, toponymie).

L’élève devra retrouver à partir de la lecture de la carte que l’élément naturel à l’origine de cette dispersion est l’eau et que celle-ci est présente sous différentes formes (ruisseau, rivières, mares…)

Analyse comparative

Analyser et comparer trois photos (A, B et C) représentant des corps de ferme (organisation des constructions, composantes végétales). Retrouver pour chacune de ces trois photos le plan masse correspondant parmi les trois propositions – illustrations 1, 2 et 3-

JPG - 42.1 ko
A

JPG - 31.1 ko
B

JPG - 65.9 ko
C

JPG - 27.1 ko
illustration 1

JPG - 57.7 ko
illustration 2

JPG - 39.4 ko
illustration 3

En fonction des différentes observations faites, et notamment des composantes végétales, comparer l’organisation et la structure des fermes du Pays de Bray à celle du Pays de Caux.

La ferme brayonne Le clos-masure