Apprends-moi-le-paysage
http://www.apprends-moi-le-paysage.fr/article32.html
Le paysage général de la vallée
samedi, 5 mai 2007
/ Sophie de Champsavin / Administratrice du site

Paysage

Relief

La vallée de la Seine se présente sous la forme de grands méandres encaissés dont l’évolution peut être lue au travers de la topographie. Le profil de la vallée s’appuie sur le plateau crayeux qui peut atteindre 150 m d’altitude et prendre alors la forme d’une falaise à pente plus ou moins abrupte.

Le fleuve borde rarement le pied de la falaise ; il en est séparé par une zone d’atterrissement qui a été propice à l’installation des voies de communication et de hameaux le long de celles-ci.

Les vallées affluentes qui viennent ponctuer le tracé du fleuve sont très souvent le siège de villes et d’activités diffuses.

Une fracturation importante de la craie, due à des mouvements tectoniques, a permis une érosion différenciée de la falaise par dissolution du matériau qui a entraîné la formation d’un relief particulier présentant une succession de vallons secs et de falaises.

La plaine alluviale, recouverte d’alluvions récentes, constitue des zones de marais dont on retrouve aisément l’existence sur les cartes à l’examen des noms de lieu. Les alluvions ont fait l’objet d’une forte exploitation qui a modelé la vallée par l’implantation des gravières. Des terrasses alluviales ont été constituées lors des périodes glaciaires du quaternaire. Quatre niveaux peuvent être distingués :
- une première terrasse à 12-15 m se détache des alluvions récentes du bord du fleuve par un talus
- deux terrasses, moyenne et haute, situées respectivement vers 30-35m et 55m sont plus ou moins visibles selon l’épaisseur des dépôts qui les constituent
- des terrasses, supérieures à 55m, sont ourlées par les boisements.

Végétation

La végétation rencontrée dans la plaine alluviale est répartie en fonction du gradient d’humidité qui se situe perpendiculairement au tracé du fleuve. Des ceintures de végétation se sont constituées sur lesquelles se superpose l’activité agricole. Le mode d’exploitation intervient sur la nature de la végétation (prairie permanente, alignements d’arbres têtards, vergers,…)

Des massifs forestiers sont présents dans de nombreuses boucles du fleuve. Certaines forêts sont installées sur les rebords des plateaux et gagnent les coteaux.

La structure de la végétation présente sur les coteaux est variée et est directement issue des usages ou de l’abandon de ces usages (pastoralisme notamment). La progression facilement observable de l’embroussaillement des coteaux restreint peu à peu l’espace occupé par les pelouses calcicoles, pelouses qui recèlent une végétation typique (présence de nombreuses espèces d’orchidées).

Pédagogie

Objectifs pédagogiques

Appréhender les formes, les reliefs spécifiques de la vallée de la Seine. Comprendre l’implication entre ces reliefs et la végétation qui se développe, et l’influence particulière de l’eau. Analyser le rôle de l’homme dans l’érosion récente du relief.

Prolongements possibles

Promenade sur la route des fruits. Promenade sur la route de chaumières. Visite de la maison du parc à Notre-Dame-de -Bliquetuit

Matériel nécessaire

Carte (géologique, IGN) Crayons, carnets. déroulement de l’action Interprétation de cartes et de photographies Sur le terrain : observatiion et interprétation des paysages.

Propositions d’actions

Étude de la carte IGN et des informations qu’elle recèle sur la vallée de la Seine

Retrouver sur la carte IGN (par exemple carte au 1/25 000 le Trait-Jumièges série bleue - 1911 ouest) : le relief (falaises, zones de plaine alluviale…), la présence de l’eau (fleuve, ballastières, marais, mares, réseaux de drainages…),au travers de sa représentation cartographique et de la toponymie, les formes particulières d’urbanisation (villages le long du fleuve, parcellaire perpendiculaire à la Seine), les grandes unités paysagères qui constituent la vallée de la Seine (maillage bocager en plaine alluviale, zones de marais, forêts…), la présence d’un parc naturel régional qui souligne l’intérêt de la vallée.

- Repérer l’utilisation du sol et du sous-sol faite par l’homme et sur un même territoire, montrer que plusieurs utilisations se sont succédées : exploitation agricole : pâtures, plantation de fruitiers ; gestion de la forêt (parcellaire) ; exploitation du sous-sol (ballastières, sablières, carrières…) ; reconversion de ballastière en site de loisirs (base nautique du Mesnil-sous-Jumièges par exemple).

L’histoire de la Seine

Rechercher des documents relatant la formation du fleuve Seine, la formation des méandres. Étude de la carte géologique avec présence de différentes époques de dépôts fluviatiles.

Analyse de photographies (ou visite sur site).

Retranscrire sous forme de schéma le relief particulier de la vallée de la Seine (sur le terrain ou photo ci-dessous). En réaliser par exemple le profil commenté.

JPG - 46.7 ko

Étudier les différentes formes d’occupation du sol et la diversité de végétation qui en découle sur les photos proposées (boisement sur haut de falaise, pelouses calcicoles sur pentes, prairies humides sur plaine alluviale, vergers plantés en bas de falaises, alignement d’arbres têtards dans la vallée soulignant les fossés de drainage).

JPG - 61.4 ko

JPG - 54.6 ko

JPG - 58 ko

JPG - 54.6 ko

JPG - 41 ko

JPG - 36.9 ko

Sur le terrain (site choisi par exemple en zone de bocage caractéristique) : observer et représenter schématiquement la zonation de végétation dans et autour d’un fossé de drainage par exemple (profil). Observer la forme particulière des arbres têtards et rechercher ce qui pouvait être à l’origine de cet aspect.