Apprends-moi-le-paysage
http://www.apprends-moi-le-paysage.fr/article12.html
Les haies
mercredi, 17 janvier 2007
/ Caue de la Seine-Maritime

Paysage

Les différentes compositions de haies

La haie est un élément essentiel du paysage. Elle construit différents systèmes végétaux selon sa taille, les plantes qui la composent, leur disposition. Ces différents systèmes répondent à des fonctions différentes que nous allons détailler.

- la haie bocagère (ou champêtre), taillée à 1,5 m environ, délimite un terrain autour de l’habitation : elle protège alors l’intimité de la vie familiale.

JPG - 26.1 ko

Autour d’un champ, elle constitue un barrage qui contient le bétail. Elle marque donc la limite de propriété : c’est une clôture.

- la haie brise-vent a une fonction de clôture.

JPG - 54.9 ko

Par ailleurs, elle peut assurer un rôle de refuge pour certains animaux. Elle limite le ruissellement des eaux. Elle peut monter jusqu’à 12m de haut.


JPG - 75 ko

- les rideaux brise-vent sont composés de grands arbres jusqu’à 40- 50 m de haut et d’arbustes qui assurent une très bonne protection des bâtiments agricoles, du bétail et des cultures vis-à-vis du vent. Cette structure a un effet régulateur des eaux très important.

Le choix des essences

• des plantes "locales"

Ces plantes font traditionnellement partie de notre paysage rural. Elles composent nos haies champêtres, nos rideaux brise-vent, nos bois ou nos forêts. Elles sont très adaptées aux conditions de sol, de climat de notre région. Ce sont les plantes idéales à mettre en place pour composer un paysage harmonieux sans rupture entre la ville et la campagne. De plus, ces plantes présentent souvent des intérêts esthétiques (fleurs -fruits - feuillages).

JPG - 36.9 ko

• des plantes ornementales

Ces végétaux sont choisis pour leurs qualités esthétiques. Certains ont été sélectionnés depuis plusieurs siècles, d’autres sont créés encore aujourd’hui. Ces végétaux produisent des fleurs plus belles, des fruits plus appétissants, des feuillages plus colorés, des écorces particulières, des silhouettes plus sophistiquées.


Le choix de gestion

JPG - 24.2 ko

La haie champêtre est souvent taillée, elle a donc une hauteur régulière sur tout son linéaire.

JPG - 26.1 ko

La haie ornementale est laissée plus libre afin de profiter au maximum des floraisons sur l’ensemble des rameaux.

La haie et le climat normand

L’effet brise-vent

L’efficacité du brise-vent dépend de sa perméabilité, de sa hauteur et de son homogénéité.

L’utilisation des feuillus dans la composition des haies brise-vent est conseillée. Ils forment un obstacle qui filtre le vent en réduisant sa vitesse. Les haies homogènes protègent les biens, les productions et les personnes contre le vent et les embruns du littoral. Enfin, elles sont le conservatoire de la diversité animale et végétale.

Action d’une haie imperméable sur le vent

Une haie plantée de conifères agit comme un mur. Le vent qui la frappe est obligé de l’escalader puis se comprime et s’accélère au passage du brise-vent imperméable puis redescend en tourbillonnant. La zone de protection s’étend seulement sur 5 fois la hauteur de la haie créant au-delà une forte accélération du vent.

Action d’une haie perméable sur le vent

JPG - 24.8 ko

Une haie semi-perméable agit comme un filtre. Elle laisse le passage à un vent ralenti d’environ 40%. Ce filet d’air calme repousse en hauteur le vent violent sur une distance qui peut atteindre 15 à 20 fois la hauteur de la haie.

Un brise-vent semi-perméable tempère le climat régional en augmentant la rugosité du paysage. En période chaude, il permet au bétail de se protéger du soleil, et en période froide de se mettre à l’abri des vents trop violents. Ainsi dans les régions de bocage, la qualité du fourrage est améliorée et la production animale peut s’accroître de 20 à 50% en période froide et ventée.

JPG - 29.4 ko

Les brise-vent implantés à proximité des habitations les protègent contre les dégâts des tempêtes tout en fournissant des zones ombragées très appréciables les jours de fortes chaleurs. Enfin, ils facilitent l’intégration des bâtiments agricoles dans le paysage.

Le ruissellement

JPG - 18.6 ko

La haie participe à la lutte contre l’érosion des terres agricoles et permet une meilleure alimentation des nappes phréatiques. Dans les phénomènes d’érosion, la terre entraînée par le ruissellement se trouve piégée par les haies. Les nombreuses fissures créées par les racines et la présence d’animaux fouisseurs (micromammifères, lombrics...) favorisent l’infiltration de l’eau au plus profond du sol. L’excès d’eau est drainé par les fossés.

L’évapotranspiration

Du printemps à l’automne, l’eau est évaporée par les arbres et les arbustes. Les haies participent ainsi à l’assainissement des sols trop humides de nos régions.

La faune et la flore des haies

La haie, comme la lisière forestière, est une zone de lumière, une zone de transition entre deux espaces. Toutes les conditions sont réunies pour héberger une flore très variée. Dans certaines haies, on a recensé jusqu’à 170 espèces de plantes différentes (dont 14 espèces d’arbres, 16 arbustes). Cette richesse végétale s’exprime tout au long de l’année par la succession des cycles de chaque plante. L’enchaînement des floraisons et des fructifications assure à chaque saison aux insectes, oiseaux, petits mammifères et reptiles un gardemanger incroyablement riche. Cette flore évolue d’une année à l’autre selon les coupes effectuées, la repousse d’un arbuste, la croissance de plantes concurrentes...

Ces évènements modifient les conditions de lumière, d’humidité, laissent des places vides pour certaines plantes... La haie est un lieu très varié. Chaque animal y trouvera à chaque saison la nourriture qui lui est nécessaire, à chaque “étage”, en fonction de l’aire dans laquelle il vit.

La haie est une zone d’abri et de refuge. Les insectes hibernent à l’abri d’une feuille ou sont protégés dans le sol. Les oiseaux y nidifient. Les mammifères y creusent des terriers tout comme certains reptiles... En fait, tous ces animaux vivent dans la haie en parfait équilibre les uns par rapport aux autres. Les animaux mangent des végétaux, des animaux mangent des animaux. Ils composent ensemble une chaîne alimentaire complexe.

Bibliographie

Cassette vidéo L’écologie pratique “Des haies et des oiseaux” Nature et environnement

Fiche album C.A.U.E : Les haies en Seine-Maritime

Dominique Soltner L’arbre et la haie Éd. sciences et techniques agricoles

La vie dans la haie Dossiers pédagogiques audiovisuels CNDP - RVE 87

Pédagogie

Objectifs pédagogiques

Repérer l’existence de différents types de haies dans le paysage et retrouver leur rôle.

Repérer les grandes caractéristiques de ces différentes haies.

Prolongements possibles

Visite du centre de recherche cynégétique de Belleville-en-Caux.

Matériel nécessaire

Carnet, crayons. Livres de détermination (faune, flore).

Déroulement de l’action

sur le terrain :

- observation de cas types,
- relevés et description de haies, détermination de quelques essences végétales et animaux observés.

Propositions d’actions

La diversité des haies dans le paysage

- À partir de trois cas caractéristiques sur le terrain, ou à défaut sur des photographies - voir le portfolio - , observer et décrire celles-ci (situation, hauteur, forme générale, structure, composition…).

- Les comparer et retrouver les rôles qu’elle peuvent jouer en rapport avec leurs caractéristiques (exemple : haie basse, composée d’arbustes épineux disposés de façon rapprochée et entourant une parcelle en herbe = haie clôture pour le bétail…).

- Réaliser des schémas de principe.

- Dessiner ou photographier la haie dans son contexte à l’échelle d’un paysage.

- Retrouver les traces de l’intervention de l’homme sur les haies (sur la forme de la haie, sa structure, sa composition).

- Après observation déterminer les facteurs qui permettent de dire qu’une haie est “belle” et qu’elle est intégrée au paysage environnant.

La haie, un milieu diversifié : la flore et la faune

La flore

À partir d’observations in situ, réaliser des dessins simples de quelques plantes rencontrées et qui caractérisent les différentes strates de la haie (arborescente, arbustive, herbacée). À l’aide de livres de détermination retrouver le nom de ces quelques espèces végétales.

La faune

- De la même manière, décrire, dessiner schématiquement la faune rencontrée sur un transect.

- Utilisez les animaux récoltés et/ou observés pour élaborer une classification de la faune de la haie.

- À l’aide des illustrations - voir le portfolio - mettre en place les êtres vivants dans une haie (sous forme d’un tableau, schéma...).

JPG - 29.4 ko