Les apports du végétal

par Sophie de Champsavin | Imprimer cet article Imprimer cet article
Chemin de progresssion : Accueil du site > Eléments du paysage


Paysage

Les volumes
Comme l’architecture, le végétal peut, dans la ville, contribuer à composer un ensemble harmonieux situant le végétal en structurant les espaces en continuité du bâti. Les lignes et les trames arborées peuvent accompagner l’architecture doublant les façades sur les avenues ou les prolongeant sur des espaces résiduels par des masses végétales similaires.

Les voûtes
Comme certains bâtiments, le végétal forme dans le paysage urbain un couvert plus ou moins dense qui contribue à rendre plus intime l’espace traversé. La hauteur de l’arbre, son ombre, son architecture (plus ou moins travaillée par l’homme) vont contribuer à donner des échelles différentes à ces espaces.

Les limites et les trames
À l’exemple de la forêt, la lisière végétale d’une ville peut en souligner la limite. Les trames végétales structurent l’espace urbain par les continuités qu’elles produisent, en soulignant un ordonnancement bâti, en harmonisant des volumes disparates ou en structurant des espaces désorganisés. Dans la ville, des vocations différentes des espaces peuvent être ainsi mises en évidence.

La mise en scène
Un édifice, un monument, un paysage peuvent être mis en scène dans la ville de façon à jouir des plus belles vues. Les principes du théâtre sont alors exploités pour cadrer un panorama, mettre en valeur des perspectives ou distinguer différents plans. Lorsque cette mise en scène est amplifiée, elle peut prendre la forme d’allées monumentales mettant en valeur tout aussi bien le bâti, la structure urbaine de la ville que le site dans laquelle elle s’inscrit.

Les signaux
Souvent la ville présente quelques arbres ou groupements d’arbres remarquables par leur taille, leur silhouette, les événements qu’ils procurent au fil des saisons. Souvenir d’anciens parcs, soulignant un monument (un calvaire par exemple...), marquant un passage ou un seuil, ces arbres seuls, par deux, parfois par quatre ou plus... singularisent le lieu et servent de repère, d’événement dans le paysage urbain.

Les végétaux d’accompagnement
Souvent le bâti se trouve en retrait des avenues, des axes plantés. Les parcelles dégagées (jardins particuliers, espaces publics...) sont richement plantées et contribuent à atténuer l’impact des maisons. Ces effets de transition contribuent à améliorer la perception de cet environnement en accentuant le caractère privilégié de celui-ci.

Pédagogie

Objectifs pédagogiques

À partir des modes d’utilisation du végétal dans la ville, comprendre l’importance et le rôle que les végétaux tiennent dans la ville, leur action esthétique et fonctionnelle.

Matériel nécessaire

Crayons de couleur.

Déroulement de l’action

Observations détaillée des structures végétales :
rythme des troncs,
enchevêtrement des branches,
transparence des feuillages,
profondeur de certaines ombres,
rapports d’échelle avec l’environnement extérieur (cadre bâti, autres structures végétales, piétons...).

Propositions d’actions

JPG - 27.2 ko

À partir des observations réalisées sur la fiche Les compositions végétales (notamment de la synthèse de l’inventaire des situations végétales, réalisée sous forme de tableau), repérer les ambiances et les effets esthétiques procurés par la végétation dans la ville.

- Rédiger pour chacun d’eux, individuellement de préférence, un petit texte descriptif traduisant par écrit la perception de ces ambiances.

- À partir de ces mêmes observations, réaliser des croquis légendés. Ces différentes réalisations feront l’objet d’une mise en commun. L’inventaire des situations végétales pourra être complété avec une appréciation sur les ambiances et les effets esthétiques pour chaque formation végétale.



| Nos partenaires | Accessibilitè | infos légales | © Copyright 2007 - caue de la Seine-Maritime | site optimisé pour : firefox, 0 kB