Les compositions végétales

par Sophie de Champsavin | Imprimer cet article Imprimer cet article
Chemin de progresssion : Accueil du site > Eléments du paysage


Paysage

L’arbre dans la ville

À l’image de la composition de la ville, le végétal trouve sa place dans la trame urbaine en utilisant un vocabulaire spatial particulier et que nous connaissons bien : le point, la ligne, la surface.

Le point ou “quand l’arbre crée le lieu” :
L’arbre joue le rôle de monument, de voûte ou de repère et contribue à la création d’un espace social privilégié. La valeur symbolique (politique ou sacrée) et patrimoniale des arbres anciens demeure. Leur valeur esthétique permet aujourd’hui de les réintroduire dans la ville.

La ligne comme un fil conducteur

Il s’agit des compositions linéaires qui marquent l’espace urbain, souligne le tracé des voiries, des allées, les fronts bâtis, bref marquent les tracés régulateurs de la ville. Selon les échelles, il s’agira de simples haies, de rues plantées, de boulevards contre-plantés ou de ceintures vertes.
L’arbre y compose de simples alignements bordant un seul ou les deux trottoirs, disposés à intervalles réguliers ou irréguliers. À l’échelle de boulevards cela peut être plusieurs lignes juxtaposées soulignant tout à la fois le passage d’une voirie voire des contre-allées contiguës.
À l’échelle des ceintures vertes, l’arbre présente souvent une diversité de formes, d’espaces et d’organisation qui composent des espaces très paysagers. Ces compositions sont souvent très anciennes puisqu’elles apparaissent au XVIIIe siècle lorsque nombre de fossés de défense entourant les villes sont comblés. Ces ceintures créent aujourd’hui les véritables limites entre les centres anciens et les extensions qui se sont développées dans les faubourgs depuis les portes des forteresses.

La surface, telle une couverture verte
C’est celle d’une place, d’un mail dont la surface serait occupée de manière plus ou moins homogène par des alignements de végétaux très réguliers.
Les mails apparaissent dans les villes dès le XVIe siècle. Comme les places, ils présentent des rangées régulières d’arbres cernant un espace de jeu de boule. La construction de cet espace, présente une surface extrêmement dégagée laissant libre la vue sur un maillage régulier de troncs d’arbres souvent très épanouis. Les mails sont dans les villes l’amorce des ceintures vertes qui apparaissent au XVIIIe siècle.

Pédagogie

Objectifs pédagogiques

Comprendre les modes d’organisation du végétal dans la ville.
Découvrir la place que les végétaux tiennent dans la ville.

Prolongements possibles

Étude de l’urbanisme végétal autour des œuvres d’Haussmann et Alphand à Paris.

Matériel nécessaire

- Crayons...
Appareil photo.

Déroulement de l’action

Observation sur le terrain, repérage en ville.
Transcription graphique des observations.
Analyse des situations rencontrées.

Propositions d’actions

Découverte des compositions végétales de la ville

Au cours d’une promenade organisée dans la ville, retrouver les situations où le végétal compose la ville en utilisant le vocabulaire spatial étudié préalablement (points, lignes, surfaces).

Réaliser, pour quelques compositions choisies par l’enseignant : photos, profils, croquis d’ambiance…
Le choix pourra se porter sur une ou plusieurs des situations suivantes :
- l’arbre singulier constitue un point dans la ville,

- l’arbre se développe dans le tissu urbain en ligne,

- le végétal constitue par son couvert régulier des surfaces, à l’échelle du tissu urbain.

Étudier et analyser collectivement les documents réalisés et constituer un inventaire ou catalogue des situations végétales.

Le point
L’arbre seul sur une place ou à un carrefour prend une dimension monumentale. C’est un repère dans la ville.

La ligne
En ligne régulière ou irrégulière, l’arbre accompagne les cheminements des citadins le long des rues, des avenues et des canaux et autres infrastructures de la ville.

La surface
Sur une place, sur une promenade, à l’échelle d’un square, d’un parc, d’un jardin, le végétal prend des dispositions régulières, parfois plus complexes, traduisant une volonté de séparer des fonctions différentes etde générer des ambiances paysagères variées.



| Nos partenaires | Accessibilitè | infos légales | © Copyright 2007 - caue de la Seine-Maritime | site optimisé pour : firefox, 0 kB