Les couleurs

par Sophie de Champsavin | Imprimer cet article Imprimer cet article
Chemin de progresssion : Accueil du site > Eléments du paysage


Paysage

Données générales sur la notion de couleur

Pour retranscrire un paysage, qu’il soit urbain ou rural, le peintre utilise des couleurs. Pour exprimer une ambiance particulière à un moment donné, il mettra en association certaines de ces couleurs pour créer des effets de contraste, de profondeur ou d’harmonie. À partir des couleurs dites "primaires" qui sont le bleu cyan, le jaune cadmium et le rouge magenta, il obtiendra les couleurs secondaires par le mélange de deux couleurs primaires :

rouge + jaune = orange
jaune + bleu = vert
bleu + rouge = violet
JPG - 17.3 ko

De même, en mélangeant les couleurs secondaires 2 à 2, il élargira sa palette par des couleurs dites tertiaires. Sur le cercle chromatique, les couleurs "complémentaires" s’opposent. Elles déterminent deux ambiances différentes : le bleu, le vert et le violet qui sont des couleurs "froides" donnent un effet de recul et de profondeur. Le rouge, l’orange et le jaune qui sont des couleurs "chaudes" paraissent avancer dans l’espace.

Pour obtenir des nuances à partir des couleurs pures du cercle chromatique, on utilisera le blanc et le noir (qui ne sont pas considérés comme des couleurs) pour les modifier. Cet ajout s’appelle la "désaturation". On obtient ainsi une multitude de tons. Cette palette permettra de traduire des "valeurs" claires, proches du blanc ou foncées, proches du noir qui expriment les différentes heures de la journée (crépuscule, aube, midi), du temps (soleil, pluie, humidité), des saisons (été, automne, hiver, printemps).

Toute image, quelle qu’elle soit, est une association de couleurs (sauf la retranscription en noir et blanc). Pour réussir ces associations, certaines règles doivent être respectées :
l’harmonie des couleurs entre elles,
l’utilisation modérée des contrastes,
la gamme des camaïeux.

La lecture d’un paysage rural est synonyme d’harmonie : couleur verte dominante, par nature "apaisante", ponctuation colorée du bâti dont la mise en oeuvre à partir des matériaux trouvés sur place permet une parfaite intégration au paysage. En introduisant des couleurs en dehors de la palette générale, on crée des séquences visuelles fortes, venant déstructurer l’ambiance générale du lieu.

Pédagogie

Objectifs pédagogiques

Comprendre, à partir d’une palette chromatique, l’ambiance qui peut se dégager d’un lieu.

Prolongements possibles

Visite du jardin de Claude Monet à Giverny.

Déroulement de l’action

Retranscrire, comparer et projeter.

Propositions d’actions

Les Nymphéas

Étude de deux tableaux de Claude Monet (1840-1926) :
"Le Bassin aux nymphéas : harmonie rose (1900)" et "Le Bassin aux nymphéas : harmonie verte (1899)" ; voir dans les collections du Musée d’Orsay.

Établir entre ces deux tableaux des comparaisons : cadrage, éléments de structuration, masse végétale, couleurs… Etudier les couleurs et retrouver les différentes ambiances qui s’en dégagent.

L’élève devra percevoir que les deux tableaux représentent la même partie du jardin et que par l’association de couleurs « chaudes » ou « froides », l’atmosphère de chaque tableau change.

Claude Monet, peintre de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, expérimente de nouvelles manières de peindre et notamment celles en plein air. Avec des points, des virgules, des touches de couleurs rapides, il représente ces tableaux et donne l’impression du mouvement et de la vie. C’est à la campagne qu’il a envie de vivre. Il s’installe en 1883 à Giverny, au bord de la Seine.
Il entreprend à partir de 1890, des séries : les “meules” puis en 1895 les “cathédrales”(de Rouen) qui sont des suites de tableaux peints à des heures différentes de la journée.
En 1909, il expose les “nymphéas”, série sur son jardin de Giverny qui devient le thème principal de sa peinture. Il exprime alors un art novateur à la limite de l’abstraction.


| Nos partenaires | Accessibilitè | infos légales | © Copyright 2007 - caue de la Seine-Maritime | site optimisé pour : firefox, 0 kB