Vallée de la Seine - Evolution historique du paysage

par Sophie de Champsavin | Imprimer cet article Imprimer cet article
Chemin de progresssion : Accueil du site > Territoires


Paysage

La domestication de la vallée

Moyen âge : Une occupation précoce de la vallée : Les vestiges de l’époque gallo-romaine sont répandus : villa, lieu de culte ou cimetière. Le christianisme s’implante peu à peu et des abbayes se construisent sur les anciens sites sacrés. Les villages respectent les implantations antérieures en pied de versant et en limite de la zone inondable. La vigne et les premiers vergers sont deux des pans de l’emprise de l’homme sur le végétal. Le fleuve est encore sauvage même s’il est déjà lieu de ressource.

XVIIème siècle : Une exploitation agricole qui sculpte le paysage Avec les grandes communautés religieuses s’installent peu à peu de petites fermes. Les coteaux sont davantage exploités (vignes, puis cultures d’arbres fruitiers et pâturage). En bordure du fleuve, les zones de marais sont assainies par un système de canaux de drainage accompagné d’arbres taillés en têtard, et des digues de retenues sont ponctuellement établies. Inondées temporairement, ces terres ont été principalement exploitées pour l’élevage (prairies de fauche et pâturages). Les successions familiales ont favorisé au XVII eme et XVIII eme un découpage caractéristique en lanières de ces parcelles perpendiculaires au fleuve. Les falaises sont utilisées pour la réalisation d’un habitat troglodytique.

XIXème siècle : Une empreinte forte de l’homme C’est seulement au XIX que la création systématique de digues permet l’approfondissement du fleuve et ainsi préserve la navigation et notamment l’accès au port de Rouen (menacé par l’ensablement du fleuve et l’augmentation de la taille des navires). Ces aménagements, qui se traduisent par un rétrécissement de la largeur du fleuve transforment peu à peu la vallée sauvage et laissent place à un fleuve domestiqué. Dans la plaine alluviale des carrières se creusent pour extraire sables et graviers : les ballastières. Avec la révolution industrielle, les bâtiments nécessaires aux activités économiques (textiles, construction navale, production électrique et portuaire de la Seine se développent, principalement autour des villes. Parallèlement le tissu urbain gagne les petites vallées affluentes.

XXIème siècle : Un pôle industrialo portuaire Après la seconde guerre mondiale, l’industrie pétrochimique se développe en Basse Seine. Les Zones humides jusqu’alors maintenues en pâturages extensifs ou en prairies de fauche disparaissent au profit de plantation de peuplier et de la culture du mais. Les bacs et la navigation fluviale appartiennent au paysage dynamique de la vallée. Après l’extraction des granulats, les ballastières conduisent à la production de nouveaux plans d’eau desquels peuvent s’implanter des bases de loisirs…

Bibliographie :

- Exposition "Paysages et architectures traditionnelles de Seine-Maritime" - CAUE 76 - fév 2007

Pédagogie

Idées de visites

- Duclair Panorama du Castel : le paysage des boucles de la Seine

- Musée de la Marine de Seine : la vie du fleuve, ses mutations et ses traditions

- Notre-Dame-de-Bliquetuit Au départ de la Maison du Parc, route des fruits (28 km) et route des Chaumières (53 km)



Commenter cette fiche

| Nos partenaires | Accessibilitè | infos légales | © Copyright 2007 - caue de la Seine-Maritime | site optimisé pour : firefox, 0 kB